Voilà une définition qui me plaît bien même si elle est au féminin. Car pour moi un soumis et un esclave cela n'a pas le même sens à mon regard.

La Soumise

La soumise est celle qui se soumet aurait dit Monsieur de La Palisse. En se soumettant, elle donne le pouvoir a celui qu’elle s’est choisi en confiance comme son Dom/Maître et se place dans un rapport de dépendance vis à vis de lui. Si elle accepte son pouvoir c’est pour qu’il la guide dans ses désirs et la révèle à elle-même, non pour qu’il l’utilise pour satisfaire ses propres lubies.

La soumise se confie à l’autre dans un cadre et des limites précises connues et acceptées des deux, certains ont pu ainsi dire non sans humour que « la soumise trace les limites du pré dans lequel gambade le Maître ». En se soumettant, elle s’engage à veiller au plaisir de son Maître et à suivre les règles qu’il lui impose, pour autant que celles–ci correspondent à ses attentes profondes et contribuent à son évolution, elle a le droit (le devoir de refuser toute chose qui sortirait du cadre fixé, ou qui serait contraire à ses aspirations.

On est loin du fantasme de certains qui s’imaginent qu’une fois le collier passé au cou de la soumise, ils peuvent tout exiger d’elle, même si cela va à l’encontre de ses envies ou heurte ses sentiments. Elle n’est pas là pour obéir servilement à celui qui abusant de sa confiance et de sa méconnaissance de ce monde tenterait de lui faire croire qu’il y a des choses qu’une « bonne soumise » doit subir sans discuter, elle ne ferait alors que servir l’ego dilaté d’une « bite en fleur », au risque de se déstabiliser.

La soumise, contrairement a ce qu’imaginent certains, n’est nullement une potiche passive se tenant béatement aux pieds de son Maître, au contraire elle est acteur de la relation, s’investissant dans celle-ci tout autant que lui. Si elle se plie aux consignes et aux règles qu’il édicte pour elle, ce n’est pas par peur d’une quelconque punition mais par envie de se dépasser, par volonté de progresser, tant pour le plaisir qu’offrir sa soumission à son Maître lui procure, que pour le plaisir qu’il a la recevoir. C’est en étant active qu’elle assume ses choix, ses désirs et affirme ainsi sa liberté.

A la différence de la masochiste qui ne met aucun affect dans la relation, son partenaire n’étant qu’un vecteur de plaisir interchangeable, la soumise ne peut vivre sa relation sans éprouver des sentiments pour son Maître. En se confiant à lui, certes, elle lui offre son corps mais, surtout, elle lui donne aussi les clefs de son cœur. Si en tant que soumise, elle l’a choisi comme guide pour ses compétences et la confiance qu’elle place en lui, en tant que femme c’est son cœur qu’elle a laissé parler en le choisissant comme compagnon de route. La soumise se confie au Maître, la femme se donne à l’amant.

Esclave

Le terme esclave a, dans la bouche de certains, une connotation très péjorative, souvenir de l’époque pas si éloignée de la traite des esclaves, oubliant par la même que le philosophe grec, Ésope, était un esclave. Ceux-ci voient dans l’esclave une sous espèce a mi-chemin entre la chienne et la carpette, qui a perdu toute capacité de réflexion et n’est plus bonne qu’à ânonner servilement les inepties qu’un tyran névrotique lui a inculqué. On est bien loin du SS&C (« sur, sain, consensuel ») et par la même hors du champ du BDSM, on entre de plein pied dans le domaine de la psychopathologie.

Il convient de se débarrasser de la connotation péjorative que certains ont, a tort, donné à l’esclave dans le monde BDSM, pour revenir a une définition plus proche de celle de la langue française.

L’esclave est avant tout celle qui se donne totalement et sans limites à son Maître. Là réside la grande différence avec l’esclave « classique » où l’esclave est soit fait prisonnier soit acheté par le maître. Dans le monde BDSM, c’est l’esclave qui, de sa propre initiative décide librement de se donner à celui qu’elle a choisi comme Maître. C’est à lui et à lui seul qu’elle se donne, même esclave elle reste une femme non une marchandise échangeable, il ne peut ni la prêter ni la donner (la louer ou la vendre serait du proxénétisme non du BDSM ).

Qu’on ne s’y trompe pas, même si ce don est a priori « pour la vie », que le Maître se montre indigne du présent qui lui est fait et c’est avec autant de fougue qu’elle reprendra sa liberté.

Ce don n’est pas un abandon d’elle-même, une négation de soi, au contraire c’est affirmer sa volonté d’appartenance, assumer totalement ses désirs d’obéissance. Ce passage de la soumise à l’esclave est l’aboutissement de la longue maturation qui l’a conduit à une acceptation sans réserves de soi, de la relation, de l’autre. La femme a accepté la soumise qui était en elle, la soumise a été conquise par l’amant. C’est cette double acceptation qui permet que le don devienne total, absolu.

C’est la connaissance que chacun a de l’autre qui permet de s’affranchir des limites, d’explicites, celles-ci sont devenues implicites, il n’y a plus de consensus à rechercher, la relation est consensus. Ce n’est donc pas un blanc seing que l’esclave donne au Maître, porte ouverte à toutes les dérives, au contraire, c’est la preuve ultime de la confiance qu’elle a en lui, elle a acquis la conviction qu’il tiendra la barre d’une main assurée.
Pour reprendre l’analogie du pré chère à certains on peut dire « l’esclave a enlevé les barrières, ils sont libre d’explorer tous les territoires, elle sait que le maître n’ira pas les perdre dans des ornières ».

Acmé de l’évolution de la soumise, l’esclave est aux yeux de certains une utopie, un rêve ultime pour d’autres ; mais peut-on parler de l’esclave sans parler du Maître ? L’esclave n’existe que par et pour son Maître de même qu’il n’existe que par et pour elle, ce ne sont plus deux individus mais la fusion de deux être, dans une entité qui les transcende, le couple Maître/esclave.

source :
http://bdsm.alternative-sex.fr/blogs/entry/difference-soumise-esclave

Par Lady Ariciaa
Jeudi 26 février 4 26 /02 /Fév 14:49

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

  • Le journal de Lady Ariciaa
  • : Un blog sur le vécu et le ressentie d'une jeune Domina, sur la découverte du milieu bdsm... Libre à vous de jeter un coup d'œil et au détour d'un article d'y laisser un commentaire.
  • Retour à la page d'accueil

Recherche

Calendrier

Décembre 2016
L M M J V S D
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  
<< < > >>

Créer un Blog

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés