La découverte de la D/S

C'est quoi finalement ces initiales, qu'est ce que cela cache derrière ces lettres.

 

C'est un monde obscure et fermé pour beaucoup alors que c'est un monde ouvert pour ceux qui pratiquent cela pour le plaisir (et non pour l'aspect financier). Il est vrai qu'au départ ce monde parait difficile d'accès car un nouveau monde qu'on a du mal à appréhender. Cependant avec quelques recherches et échanges sur internet on découvre et apprend vite les codes et bases de ce monde. J'avais beaucoup d'apprioris et d'avis négatif sur ce monde. Finalement avec le temps, j'ai découvert des personnes excellentes, je dirais même des amis. Ce sont des relations que je n'aurais jamais eu autrement, des gens différents dans le sens où on est pas dans les même milieux sociaux et pour beaucoup assez loin de là où je réside. C'est un monde riche en contact, sensation, plaisir, découverte ... où pour moi on peut être soi même, sans masque, ni fard avec les autres et j'aime cela.

 

C'est un monde qui nous transporte dans une bulle, un instant où tous ce qui nous différencie (âge, sexe, milieux sociaux ...) s'efface pour ne faire de nous qu'un ensemble de personnes aimant la même chose, le bdsm. Un moment riche en contact, sensation, plaisir où chacun connait sa place, où on discute sur le même pied d'égalité qu'on soit jeune, vieux, qu'on soit d'un milieu aisé ou pas ... J'aime cela, vous allez me dire que c'est pas toujours le cas. C'est sûr mais il faut s'entourer de personnes qui aiment cela comme nous et qui ont la même vision que nous. Vous alllez me dire pas si facile que cela, c'est sûr il y a une part de chance pour connaitre des gens qui ont la même vision que nous et avec qui ont à des atomes crochus mais la vie est fait de rencontres plus ou moins réussies que ça soit en milieu bdsm ou vanille.

 

Puis après le top du top comme beaucoup de nous le souhaitons, rencontrer notre autre bdsm :) Vous allez me dire pas facile quand on est soumis, certes mais pas facile non plus pour une Maitresse. Nous sommes harceler de messages, on croule sous les messages, on ne sait plus ou donner de la tête. Parmis tous cela, on doit faire le tri entre les fantasmeurs, les 7 à 9, les mariés, les souminateurs ... De plus, vous avez la tête dur, on a beau avoir poser depuis longtemps son collier à notre soumis et ne plus être à la recherche, vous essayez quand même ! Le bdsm ce n'est pas une bouteille qu'on lance à la mer en attendant un retour d'une Domina. Le bdsm est une relation qu'elle soit suivi ou pas, amoureuse ou non, amicale ou non faite de respect, de confiance, d'échange. Pour plaire à une Domina ça sert à rien de blinder nos boites mails, cela nous saoule plutôt qu'autre chose. Faites-vous présent sur des forums avec des écrits intéressants, qui peuvent nous interpeller. Si vous n'avez pas la plume d'écrivain, penser au tchat par exemple sur les forums et discuter dessus ainsi vous aurez des contacts avec des Dames et si elles aiment votre présence, elles iront voir votre fiche (penser à avoir une présentation soignée et intéressante sur votre profil) ainsi peut être qu'elles auront envie de vous contacter. Mais avant tout cela, demandez-vous si vous avez réellement envie d'être soumis car entre fantasme et réalité ... il y a un gouffre. Le bdsm est un monde assez petit et tous ce sait assez vite alors attention à vous cela peut être positif comme négati!f !

Par Lady Ariciaa
Vendredi 31 mai 5 31 /05 /Mai 15:32

Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

C'est marrant personne ne veut être dominé dans la vie de tous les jours pourtant suite à une discussion, j'ai constaté que finalement les hommes aiment être "dominé" au lit. Disons que je savais que pas mal d'hommes avaient déjà eu l'idée / l'envie d'être dominé qui leurs ai passé par la tête. Cependant, cela m'amuse qu'ils se veulent fort et qu'ils aiment se laisser aller à l'autre.

 

La domination / soumission plait elle tant car c'est un interdit dans notre société ? Esr ce que c'est le fruit interdit ? Est ce que parce que cela travaille notre insconcient, suscite des désirs inavouables ? Est ce que comme ce n'est souvent qu'une idée, un fantasme cela permet d'entrenir la libido ou de la développer ?

 

Quand je discute avec des vanilles de cela (en me plaçant telle une vanille ne connaissant pas ce monde), on sent les personnes qui viennent de découvrir le monde des plaisirs dit interdit et en fait part. Nonobstant cela, on voit les personnes réticentes ou peu parlantes car elles sont mal à l'aise cette idée ou elles se mettent de coté car elles pratiquent (je pense) ou du moins dans l'idée même si ce n'est pas de la d/s peut être.Ce que j'aime dans les échanges, ce sont les préjugés et / ou ce qui leurs semblent "extraordinaire" alors que nous sommes allés déjà bien plus loin avec mon soumis d'amour.

 

Cependant, un homme qui parle de cela offusque moins qu'une femme. De plus quand la femme domine, elle a forcément eu des soucis dans sa vie pour en être là et d'ailleurs je dirais qu'on trouve aussi des excuses pour les hommes y venant. Comme si on avait besoin de soucis, problèmes ou autres couacs pour y venir, cela me fait sourire. Oui certaines y viennent pour cela et d'autres juste par curiosité tout comme moi. Chaque être humain est différent et chaque chemin pour y arriver est différent.

 

Je constate que de plus en plus personnes s'y intéresse, en même entre la télé, le journaux, la publicité, les séries ... tout nous y confrontent plus ou moins même si c'est du sous-entendus ou en fond.

 

homme_agenouillé

Par Lady Ariciaa
Samedi 26 novembre 6 26 /11 /Nov 17:24

Ecrire un commentaire - Voir les 2 commentaires

Une fois que tu es entré dans ce monde, si tu souhaites en sortir pour diverses raisons. Bon courage, une fois que tu y as mis n'est ce que le petit doigt, tu es "foutu" lol ;)

 

Ce sont des découvertes, des sensations, des rencontres ... excellentes et si nouvelles. Cela bouleverse notre mode de vie, nos pensées, notre vie, notre futur, notre ligne de vie ... Cependant, c'est tellement fort et bon que le vanille parait si fade et les tracas occassionnaient par le bdsm si faibles.

 

Plus le temps passe et plus j'aime avoir mon homme sous mon contrôle. Vous allez me dire c'est normal, oui mais le vivre c'est si fort en sensations, en ressentis, en émotions. J'aime le voir et l'avoir ainsi à ma disposition, à ma merci lorsque je l'attache, je le baillone. J'aime son regard de mâle dominé et jouer avec son corps, faire monter ses envies pour lui permettre ou non une jouissance incertaine le concernant. J'aime jouer avec lui, l'avoir sous ma coupe, le voir obeïr, se soumettre à mes décisions et envies, endurer mes coups ...

 

J'aime le voir à genoux avec son regard de mâle soumis avec son collier. J'aime ce mélange de vanille et de d/s qu'est notre couple. Ce mélange de vie quotidienne et de domination.

 

J'ai déménagé et j'ai trouvé le 2 en 1 qui me convient. Un savant mélange qui s'est construit avec le temps et qui nous permet d'avancer sereinement dans notre relation vanille autant que d/s. Nous progressons dans notre vie de couple sur les aspects "classiques" et sur son éducation en tant que p'tit chiot fougueux ;)

 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSMhPSqViGxPEP2_kESlTE6BxdGdFk69oq12mY7ydgiU40Ts3nTKA

Par Lady Ariciaa
Lundi 17 octobre 1 17 /10 /Oct 23:06

Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

hommecollier.jpg  

Suite à une phrase d'un de mes articles "l'amour est difficile à conjuguer avec la d/s, je l'ai déjà dit et je maintiens mon avis". Un soumis a réagi ne comprenant pas le sens de cette phrase car étant en couple avec mon soumis.


Cette phrase est en rapport avec mes ressentis. J'ai depuis le début de ma relation avec mon soumis pas mal de barrières qui petit à petit se lève. Plus le temps passe et plus je les passe cependant j'ai eu parfois du mal à séparer le petit ami du soumis ce qui de ce fait se ressentait sur ma domination. J'ai moins en moins de mal car maintenant la d/s se mélange parfois au vanille. 

Disons que de passer de relation vanille avec des hommes avec un fort caractère où on doit s'imposer à une relation d/s avec un homme à fort caractère mais qui nous est soumis et donc je n'ai pas à m'imposer ainsi car c'est moi qui impose et dicte les règles. Cela perturbe un peu et de ce fait, j'ai du chercher mes marques, j'ai cherché à le comprendre, à me comprendre même si maintenant j'avance plus surement.

C'est une relation merveilleuse et qui me comble, cependant j'ai parfois du mal à allier d/s et petit ami même si maintenant cela ne me pose plus soucis comme cela a pu l'être au paravant. Par exemple, ça faisait un certain temps que j'avais envie de le voir manger à terre comme un chien mais je ne pouvais m'y résoudre. C'est peut être "bête" pour certains mais c'est ainsi. J'ai pu le faire lors d'une soirée où tous les soumis mangeaient ainsi il y a quelques mois de cela maintenant.

Voilà pourquoi je dis que l'amour et la d/s ne sont pas facile à conjuguer du moins pour la Maitresse qui se retrouve à dominer son homme. Pourquoi tant de femmes cherchent des conseils, veulent discuter, ce n'est pas pour rien je pense. La société nous a inculquer d'autres valeurs et il est dur de s'en défaire pour aller vers la d/s.

En d/s, le piédestal vanille se casse la figure pour faire place à un autre piédestal beaucoup plus fort car quand mon soumis endure les coups sans broncher suite à une punition, je suis fière de lui. C"est une relation autrement différente de celle en vanille car on a pas les mêmes appréciations car cela se joue à un autre niveau.

J'ai eu de la chance de trouver en lui un jeune homme qui aime réellement se soumettre et qui n'est pas un petit joueur, un fantasmeur de première, il est de plus en plus docile et a intégré la plupart des règles :-) Ca me fait sourire de le voir ainsi se plier à mes ordres et règles, j'aime cela. 

J'ai trouvé lors de mes pérégrinations internautes un site qui fait "une étude sur la d/s", je dirais plutôt un article sur ce sujet. Il y a une phrase dedans qui m'a interpellé " Comment peut-on prétendre d'un coté "conduire la soumise vers l'accomplissement d'elle même" et "voir en elle la femme idéale" ? Si elle est cet idéal rêvé, pourquoi chercher à la faire évoluer ?" Disons que mener l'autre à se dépasser, à nous obéir et se plier à nos désirs, envies et ordres est plaisant, si c'est pour rester un couple statut quo autant ne pas essayer la d/s. Etre en couple d/s, cela est génère pas mal de questions. A mes débuts, je m'en suis pas mal posé et je me demandais comment le couple allait avancer avec cette composante d/s. Finalement il avance bien, plus le temps avance et plus on  se découvre, plus on découvre les plaisirs de la d/s à deux, les plaisirs liés au fait que nous soyons en couple et les sensations et plaisirs que cela nous procurent. Disons que la vanille ne crée pas toutes ces interrogations, ne nous met pas en position de diriger l'autre, de l'avoir entre nos mains et de décider ce qu'il va en devenir … En vanille, c'est un peu le train train, si tout roule pourquoi se poser des questions, coté sexuel on peut avoir envie d'un peu de piment mais cela ne va pas très loin, quand l'un a envie et pas l'autre on doit parfois se justifier… Alors qu'en d/s c'est différent, la femme prend les rennes du couple et du coup forcément des questions, des interrogations peuvent en découler, on se remet en question, on réfléchit sur ce qu'on va faire de l'autre, ce qu'on a envie de lui faire … De plus en d/s, les rôles sont définis dès le départ même si cela évolue. Il y a la partie Dominante et soumise dans le couple, il faut juste savoir quand et comment pour que le couple ne s'englue pas dans une incompréhension. Rien de tel que la communication, je le répète cela aussi.

J'ai constaté que beaucoup de textes anglophones parlaient de cette "difficulté" parfois à jongler entre amour et d/s. Par contre très peu de textes francophones en parlent presque comme si c'était tabou de mélangé amour et d/s. Déjà que la d/s est tabou mais oh mélanger amour et d/s, oh my god !

J'ai lu sur un site anglophone que le fait de ne pas savoir assouvir ses envies en tant que partie Dominante par rapport au fait qu'on ne pouvait donner à l'autre à cause de nos sentiments était le syndrome de la madone/putain. Ce qui n'est pas faux en y réfléchissant. C'est un peu cela, le petit copain est quelque part sur un piédestal mais le soumis est bien loin de ce piédestal vanille donc cela fait qu'on est perturbé dans notre mode de fonctionnement, de penser, de conception du couple éthéré.

J'ai lu sur ce site anglophone que j'ai trouvé d'ailleurs intéressant link , le dilemme pour la partie dominante de rencontrer ces ressentis, de sentir ce sentiment éthéré, cette essence de quelque chose de si petit qu'il n'est pas physiquement tangible mais c'est l'une des plus puissantes sensations qu'est "l'amour". Cela perturbe nos sens, notre vision, nous découvrons un nouveau monde alors qu'en la d/s vient par dessus, quels sentiments, quelles sensations, quels ressentis, tous est en émoi. Ce n'est qu'avec le temps qu'on apprivoise tous cela, toutes ces sensations et choses nouvelles. Mais que de plaisir en définitive.

A03

Par Lady Ariciaa
Mardi 21 décembre 2 21 /12 /Déc 13:31

Ecrire un commentaire - Voir les 7 commentaires

Quel plaisir d'avoir l'autre à notre disposition pour nos envies, telle une  matière qu'on façonne à notre façon. J'aime voir mon homme face à  moi en attente en me regardant et moi réfléchissant à quelle sauce je  vais pouvoir le manger.
 
J'aime voir que "l'éducation" que je lui donne porter petit à petit ses  fruits. C'est très jouissif de modeler l'autre, de voir que nos  attentes il les intègre. J'aime cette manière d'avoir l'autre à notre  disposition, qu'il soit notre joujou, qu'il obéisse au doigt et à  l'oeil sinon on le punit pour qu'il  intègre qu'il est notre chose,  qu'il nous appartient.
 
Plus le temps passe et plus je suis heureuse qu'il soit mon petit  ami / soumis. J'aime cette dualité blanc / noir entre notre vie vanille extérieure et d/s intime. Ça me fait sourire car avec son  coté taquin et son caractère certaines filles le trouvent macho. Ça  me fait sourire quand elles me disent qu'il est macho ou leurs regards  en coin qui trahissent leurs pensées lol.
 
Je l'aime autant pour ses qualités en tant qu'homme vanille car il y a  les pieds sur terre et à des qualités que je n'ai pas. On se  complète :-) Puis coté soumis, il aime se donner à moi et ne fait pas  semblant. Il y a ce feedback si important à mon sens. On découvre à deux les plaisirs de la d/s en couple même si on avait un peu exploré ce monde chacun de son cotéavant.
 
C'est tellement plaisant de modeler la personne qu'on aime, de  l'amener à ce que l'on souhaite, de le voir progresser et surtout de sentir qu'on partage un moment ou chacun prend son plaisir, c'est un  échange, un moment de complicité.
 
Un vrai bonheur de le vivre à deux et encore plus quand c'est avec la  personne aime.
 

 

Par Lady Ariciaa
Samedi 23 octobre 6 23 /10 /Oct 12:22

Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

En discutant, en lisant, en repondant à des posts, en échangeant je constate que le chemin est parsemé pour beaucoup d'embuches. La première étant d'accepter le fait qu'on aime dominer ou se soumettre. Il n'est pas forcément facile de l'accepter car l'image que nous renvoie la société n'est pas reluisante.

Entre un soumis qui va et vient, qui essaye mais regrette juste derrière et qui est soumis avec sa copine vanille. Un autre qui n'ose pas le lui dire et qui le vit donc en cachette. Un couple qui ne veut pas reconnaitre que c'est de la domination ce qu'ils pratiquent même si cela ne couvre que le champs sexuel.. Chaque personne, chaque couple est particulier, se faire à l'idée qu'on aime cela et le faire partager à la personne qu'on aime est loin d'être un long fleuve  tranquille

Il y a tellement de chemins qu'on peut se perdre, s'égarer en route. A mes débuts, je ne voulais pas me faire appeler "Maitresse". Je me rappelerais à vie, je crois le fait qu'un soumis m'est appelé
Maitresse en plein magasin. Heureusement c'était un petit magasin pour aller en Belgique, sur une petite route chez un fleuriste. Pendant qu'il achetait les fleurs, je me balladais dans le magasin. J'ai entendu soudainement "Maitresse". J'ai ignoré et il a insisté. Je suis allée voir pourquoi il m'appellait mais j'étais mecontente. De voir la tête du fleuriste c'était a mourrir de rire car il ne savait plus où se mettre. Il demanda à l'ami que j'accompagnais si ça allait. Le soumis que j'accompagnais lui dit que c'était à moi qu'il devait demandé. Il s'était mis à bégayer en me demandant si cela me convenait. Il n'y avait pas assez de plantes décoratives. Il ne sait pas fait prier et est aller vite l'améliorer et m'a demandé à nouveau mon avis. Ça m'allait, à la caisse il n'osait pas croiser mon regard lol. J'ai rouspèté sur ce soumis mais cela fut  un moment mémorable avec ce vendeur qui ne savait plus ou se mettre. Il avait envie de se cacher dans un trou de souris lol.

Tout ça pour dire que c'est en avançant, en progressant qu'on découvre, qu'on accepte plus de choses. Il faut se faire a l'idée qu'on est ce que qu'on souhaite et que rien nous oblige a suivre des pistes qu'on aime pas ou qu'on juge trop stéréotypé.

Le chemin est long mais pavé de plaisirs et de découvertes, de partages et d'échanges.

Par Lady Ariciaa
Samedi 25 septembre 6 25 /09 /Sep 09:38

Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires

Je me rappelle lors de ma première soirée privée bdsm, j'avais presque mal pour celui qui recevait les coups. Cela faisait sourire les soumis que je puisse ainsi avoir mal pour l'autre. Je ne pouvais frapper, je n'osais pas avec la cravache.
 
Quelques temps plus tard, je dirais presque deux ans après. J'ai revu ces soumis, entre un qui pensait pas que ce n'était pas moi qui m'occupait de lui car les coups portaient laisser de jolies marques et un car pour lui je n'oserais
tout de façon pas lui donner une giffle car il aimait te taquiner. Ce fut ma première giffle bdsm, j'ai aime son regard car il était en même temps en colère et en même temps respectueux.

En un peu plus de trois ans, j'ai pas mal évolue. Déjà je suis contente, je ne n'ai pas mis longtemps a trouver mon soumis fixe. Le hasard l'avait mis sur mon chemin.

Disons qu'avec lui mon imagination et mes envies se sont réveillées. Je n'étais pas punition corporelle et là ce fut le premier pour qui j'ai eu du plaisir à utiliser la cravache. J'ai eu du plaisir à le dominer et m'amuser avec lui tel un jouet.

Pas mal de choses que j'avais envie de faire, je les ai réalise avec lui. Comme le fait qu'il m'accompagne en soirée, j'en avais fortement envie. Quel plaisir quand il m'a accompagné et aussi quelle fierté :-)

La d/s permet une fusion, une symbiose. Cela renforce le couple.

Par Lady Ariciaa
Samedi 25 septembre 6 25 /09 /Sep 09:24

Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

J'ai constate que les hommes ne voyaient pas ou étaient les problèmes de les dominer et de les aimer.

Dominer, ordonner, humilier, soumettre une personne qu'on aime n'est pas chose aisé car l'amour s'en mêle.

Pensez bien messieurs que vous êtes soumis aux envies de Madame et non le contraire. Car lorsque je discute ou que je lis des posts ou autres, je constate que monsieur veut souvent que ses fantasmes soit réalisés. Il peut effectivement en parler à sa Domina qui en prendra peut être compte. Cependant vous n'êtes que son jouet, son objet. Avec un peu de chance les envies de Votre Domina vont rejoindre les vôtres.

Dans la d/s en couple, la patience est plus que nécessaire messieurs comme Mesdames. Le soumis doit être patient mais on oublie que La Dame aussi. Un soumis novice ne peut accepter dès le départ certaines choses car il est encore trop emprunt de vanille. Avec le temps, l'un comme l'autre on évolue, on découvre et on accepte plus de choses et coté soumis, la confiance a fait sa route.

Plus on veut de choses et plus on se disperse et donc moins on en a. Il faut se fixer à une ou deux idées. J'aime la fable de la Fontaine " le lièvre et la tortue" car c'est tout à fait cela. La patience nous fait réussir car on a pris le temps de penser, de réfléchir, de faire murir l'idée voir de l'ameliorer. C'est connu que la précipitation et l'impatience nous conduisent souvent  droit à l'échec.

Je constate que les soumis ne comprennent pas le fait qu'on ne veuille pas ou qu'on ose pas faire certaines choses. Frappé, humilié, ordonné... une personne pour qui on a des sentiments nous demande un effort car psychologiquement c'est dur. La société nous a formaté et nous a mis des idées dans la tête qu'on a du mal à faire sortir.

On a l'image du Prince charment, du preux chevalier ou du doux prince mais pas du soumis docile, de l'esclave ou du valet obéissant. Donc quelque part on doit lutter contre ces images ancrées en nous.

Me concernant, j'avais du mal avec tous ce qui est avilisant ou humiliant et encore maintenant. Comme par exemple faire manger l'autre dans une gamelle tel un chien. Je n'ai pu me résoudre à lui faire faire. Je n'y arrivais pas, je l'ai fait lors d'une soirée ou tous les soumis mangeaient ainsi. La première fois que je l'ai vu se mettre un plug, j'ai eu qu'une envie c'était de prendre mes jambes à mon coup de fuir très long. J'ai pris sur moi pour regarder cela et rester " La Domina". C'était à nos débuts en couple, j'étais encore très emprunte de vanille et cela m'a fait vraiment bizarre. Car quelque part cela casse le pied d'estale où il était. Disons que en d/s, on ne place pas l'autre sur un pied d'estale avec les mêmes "critères" qu'en vanille.

Disons qu'avant de pouvoir faire tous ce qu'on souhaite, on doit se débarasser du carcan de la société et de toutes ces idées pré-établies êt pré-conçues.

Alors patience messieurs, ne brusquez pas votre Dame et attendez, soyez patient !

Par Lady Ariciaa
Samedi 17 juillet 6 17 /07 /Juil 11:28

Ecrire un commentaire - Voir les 6 commentaires
Article d'auteur inconnu, cependant bien écrit et intéressant. icle dé

Je trouve que cela reflète bien l'image du soumis que j'ai sauf quelques points où je ne suis pas forcément en accord. Cependant, je suis d'accord avec une bonne partie du texte.

"Lorsque je m'agenouille ce n'est pas devant un stéréotype, mais devant qu'elqu'un qui a gagné mon respect. La vie n'est pas un mystère à résoudre, mais une réalité à expérimenter. La nature est seule juge de la moralité. Les philosophies justes font survivre les communautés. Les philosophies immorales les condamnent.


La peau marquée est une marche, un croisement sans point de non retour. Lorsque le corps est touché par la volonté de l'autre, et non de sa propre volonté, il n'est plus possible de "il s'agit d'un jeu". La vérité du choix est là, sur la peau, silencieuse mais inévitable.

La vie d'un soumis se compose essentiellement de patience et d'étude. Un soumis peut aussi être un bon cuisinier, d'une conversation intelligente, au fait des questions politiques, capable d'entretenir un débat philosophique, aussi bien que de danser, compétent sachant tenir un intérieur, sachant la frontière délicate entre savoir s'offrir lorsqu'il le convient, ou reposer tranquillement aux pieds de celle qu'il admire, en bref, être préparé à toutes choses qu'elle peut requérir de lui.

Le soumis se réfère à une nature, à la personnalité, aux besoins, il s'agit plus d'un dégradé de gris que de blanc ou de noir. Un soumis naturel, l'est naturellement, le besoin d'aller vers celle-ci est plus puissant que le besoin d'aller vers sa liberté. En conjonction se trouve sa capacité à s'abandonner. Cela demande de l'intelligence, l'abandon de soi, et la force de vouloir poursuivre sur cette voie. Son ventre brûle sans décison consciente de savoir pour qui il brûle.

Cela demande de la force de poursuivre au-delà de nos peurs et de nos luttes, pour devenir le soumis qu'elle sait que nous pouvons être.

L'abandon spirituel c'est apprendre à s'abandonner, et accepter la vie pour ce qu'elle est, pas ce que l'on en souhaiterait. En apprenant à "laisser aller", cela ne signifie pas abandonner, ou de ne plus avoir pied dans la vie. Cela n'excuse pas de ne pas arriver à vivre. C'est un moment de reconnaissance de savoir que je suis à une certaine place, qu'il s'agit du bon chemin, laisser la colère où résister à l'acceptation m'éloigne de l'avancement, de la progression. Dans l'acceptation on trouve la force et la paix , aussi bien qu'une incroyable perception de l'abandon de l'esprit humain.

Les soumis ont un désir inné de plaire et de de soumettre, si leurs attentes de plaire sont résompensés avec plaisir, ils tenteront de plaire plus encore pour augmenter leurs récompenses.

Etre un soumis "naturel" par nature, implique que l'individu a des traits de personnalité inhérents, innés qui le prédispose à ce chemin."

Article découvert sur le blog "Alsoum" (en lien)

 

Par Lady Ariciaa
Dimanche 21 février 7 21 /02 /Fév 13:51

Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Depuis le début que je connais le monde bdsm, il y a plein de choses que j’ai vu, lu, rencontrer, eu envie…

J’ai eu envie de faire un carnet de punition, j’ai eu envie d’un couple d/s, j’ai eu envie d’utiliser un gode ceinture, j’ai eu envie d’aller à une soirée bdsm avec mon soumis, j’ai eu envie d’utiliser une croix de Saint André, j’ai eu envie de faire un contrat d/s, j’ai eu envie d’un week end entièrement d/s…

En fait, je réalise que la plus grosse partie de mes envies bdsm, je les réalise avec mon homme au fil du temps. Nous avançons, nous explorons, nous passons des caps.

Le week-end dernier, je lui ai remis son contrat d/s :- ) Je trouve que cela fait très solennel, comme un acte « de droit » avec engagements, droits…

Au début, il n’était pas très chaud pour cela puis je l’ai senti moins réticent. Rien ne vaut que d’aller contre l’envie du soumis quand on le sent réticent car sinon on avance seule et où est le plaisir ?

Des fois, je pense au tout début quand je l’ai connu. Ce n’était qu’un internaute, un soumis « sans preuve » (je veux dire par là qu’il pouvait être un fantasmeur comme tant d’autre), un jeune homme lointain, un contact de plus dans mon msn.

Puis petit à petit, il a fait sa place dans mes pensées. Malgré qu’il n’était qu’un contact msn teinté de d/s, il était bien présent dans ma tête. Je me souviens de son sourire, le jour où je l’ai rencontré ou sa respiration le soir quand je me suis occupé de lui à l’hôtel ou de lui s’offrant à moi et à la cire. Je crois que ce fut le plus beau moment qu’un homme a pu m’offrir. Il m’a fait cadeau de son corps, s’est remis entre mes mains. Ce cadeau ne pourra égalé aucun cadeau quelque soit sa valeur pécuniaire. C’est un moment, un instant, un plaisir qu’aucun argent ne peut offrir. Il s’est offert à moi malgré son appréhension et c’est ce qu’il y a de plus beau. Pour mes nouveaux lecteurs ou pour ce qui ont la mémoire courte. Il avait été brûlé par son ancienne Domina au ventre par la cire de bougie. De ce fait, il avait des appréhensions car peur que je laisse à mon tour une marque. Du fait qu’il s’est offert à moi, j’ai encore plus pris soin de lui consciente du présent qu’il m’avait fait. Ainsi que d’autre souvenirs comme celui de la Braderie de Lille en sa compagnie. Ce n’est qu’un détail mais partagé cela avec lui m’a fait vraiment plaisir.

En fait, il avait en sa possesion le briquet qui a allumé mon étincelle.

Par Lady Ariciaa
Dimanche 14 février 7 14 /02 /Fév 14:59

Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Présentation

  • Le journal de Lady Ariciaa
  • : Un blog sur le vécu et le ressentie d'une jeune Domina, sur la découverte du milieu bdsm... Libre à vous de jeter un coup d'œil et au détour d'un article d'y laisser un commentaire.
  • Retour à la page d'accueil

Recherche

Calendrier

Avril 2014
L M M J V S D
  1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12 13
14 15 16 17 18 19 20
21 22 23 24 25 26 27
28 29 30        
<< < > >>

Créer un Blog

 
Créer un blog sexy sur Erog la plateforme des blogs sexe - Contact - C.G.U. - Signaler un abus - Articles les plus commentés